Pourquoi les pages de ce site ne sont pas intégralement rédigées en écriture inclusive ?

On peut se demander pourquoi, alors que je propose un atelier d’écriture inclusive, les textes de ce site web ne sont pas intégralement rédigés en écriture inclusive. Je donnerai au moins deux raisons :

  • Lors des séances que j’ai déjà animées, certaines personnes très sceptiques, voire hostiles vis-à-vis de l’écriture inclusive, n’ont pas hésité à participer et à écrire de beaux textes en recourant à la règle de proximité ou aux formes fusionnées, etc. C’est aussi (mais pas seulement) à ces personnes que s’adresse l’atelier d’écriture inclusive que je propose. Je ne souhaite pas les décourager de continuer à (oser) participer. C’est durant l’atelier, et au moyen de propositions d’écriture, que l’on découvre différentes approches de l’écriture inclusive.
  • À titre personnel, je peux être attiré par certains aspects, et par certaines approches de l’écriture inclusive, mais aussi gêné par d’autres. Je crois que la langue évoluera, qu’on ne pratiquera pas tout à fait le même français dans 100 ou 200 ans, et qu’il faut s’accorder une certaine liberté dans l’usage de la langue si on veut lui permettre d’évoluer avec la société. Je ne sais pas de quelle façon et sous quelle forme cette langue évoluera dans les détails. Si je devais traduire ma posture dans les textes, cela donnerait un patchwork de formes et de règles ambivalentes ou en pleine évolution, plus à sa place sur un blog spécialisé ou au cœur de textes créatifs (et encore plus à sa place dans la langue vécue, parlée, tous les jours et dans le temps long), que dans la présentation de ce site web.

À moyen terme, il est probable que je publie certains articles de blog en écriture inclusive… et d’autres non.